La Chine, des champions de tennis de table… Aux champions de tennis ?

Une raquette et une balle de ping pong

Dans tout pays, le sport est moyen très efficace de souder et de faire vibrer la population. En France, et particulièrement depuis la deuxième victoire de l’équipe de France à la Coupe du monde de football, c’est le ballon rond qui fait rêver les foules et qui fait la renommée des Bleus à l’échelle mondiale. En Chine, c’est un autre type de balle qui est nécessaire pour pratiquer le sport le plus emblématique du pays : même si le football, le badminton ou encore les arts martiaux sont des sports très populaires, c’est surtout le tennis de table, aussi connu sous le nom de ping-pong, qui est la discipline de référence aux quatre coins du territoire. Mais qu’en est-il du rapport des Chinois au tennis tout court ?

Un pays imbattable ou presque au tennis de table

Lors de chaque compétition mondiale mettant le tennis de table à l’honneur, qu’il s’agisse des championnats du monde ou des Jeux Olympiques, c’est toujours la même rengaine : les athlètes chinois raflent toutes les médailles et tous les prix. Et, qu’on se le dise, l’année 2020 promet de suivre la tendance. En tout cas, pour se préparer aux Jeux Olympiques 2020 qui se dérouleront à Tokyo cet été, l’équipe chinoise de Tennis de table a d’ores et déjà participé à un entraînement militaire intensif et rigoureux au début du mois de janvier. Une recette qui avait déjà été appliquée en 2016 et qui avait porté ses fruits puisque la formation chinoise avait largement triomphé en remportant toutes les médailles d’or, d’argent et de bronze, aussi bien dans les tournois individuels qu’en équipe, chez les hommes comme chez les femmes.

L’objectif de cette formation était de « renforcer l’esprit d’équipe pour devenir une meilleure équipe unie ». Pas réellement de raison de douter sur ce point-là. En tout cas, selon le magazine Quartz, personne ne serait de taille à rivaliser avec les athlètes chinois qui pratiquent le tennis de table. Tout simplement parce que la Chine dispose d’un nombre de talents locaux beaucoup plus important que dans n’importe quel autre pays. En marge de cela, les pongistes chinois profitent d’une méthode d’entraînement particulièrement performante qui rend tous les joueurs ou presque redoutables. Dès lors, tous les éléments sont réunis pour que la Chine se trouve sur le toit du monde dans la discipline. Un toit inaccessible pour n’importe qui d’autre. Le fait que la France, l’Allemagne et bien d’autres pays du monde engagent des athlètes d’origine chinoise pour les représenter lors de tournois de tennis de table le montre bien ! Mais la même tendance pourrait-elle se vérifier sur le terrain du tennis simple (et non seulement de table) ? Le pays l’aimerait… Mais rien n’est moins sûr.

Un balle sur une raquette de tennis
Le tennis se développe en Chine !

Le tennis, le nouveau sport à la mode en Chine ?

À l’heure actuelle, à première vue, quand on pense aux champions actuels du tennis mondial, on a en tête des noms comme Rafael Nadal, Roger Federer ou encore Novak Djokovic chez les hommes et Serena Williams, Naomi Osaka ou encore Ashleigh Barty chez les femmes. C’est certain, les amateurs de tennis n’ont pas de quoi miser sur des joueurs de tennis chinois dans le cadre des tournois du Grand Chelem car ils sont encore très peu présents. Pourtant, il convient de noter que l’Asie, et notamment la Chine, constitue une force montante en tennis.

Ainsi, lors de l’Open d’Australie 2018, on notait la présence de 6 Chinoises dans le tableau principal du simple dames. En marge de cela, des chiffres récemment dévoilés en Chine font état de plus de 15 millions de locaux qui pratiquent le tennis. À titre de comparaison, les États-Unis comptent 18 millions d’adeptes, soit une différence moindre. Et le gouvernement met actuellement en œuvre une politique qui entend développer ce sport, de façon à permettre l’émergence d’une élite qui pourrait trouver sa place dans les tournois majeurs qui se jouent aux quatre coins du monde et qui pourrait permettre au pays d’organiser à son tour des compétitions majeures. En 2011, Li Na, sans aucun doute la plus grande championne de tennis chinoise de l’histoire, remportait Roland-Garros. En 2014, elle remportait l’Open d’Australie. Depuis, aucun athlète chinois n’a su s’imposer. Cela fait donc plus de 5 ans que la Chine attend son nouveau ou sa nouvelle championne capable de triompher avec une raquette à la main qui ne soit pas une raquette de ping-pong.

Qui sait, peut-être que l’heure de gloire arrivera lors de l’un des prochains tournois du Grand Chelem ou lors des Jeux Olympiques, avec un nom qui reste encore à découvrir !

Laisser un commentaire