Comment se servir d’un boulier chinois ?

Boulier chinois rouge et blanc en bois

Le boulier chinois est un abaque (un instrument servant à calculer) dont on retrouve déjà des traces il y a plus de deux mille ans. Son fonctionnement est si pratique qu’il est encore utilisé aujourd’hui. Pourtant, de nombreux Occidentaux ne savent pas s’en servir. Alors, comment fonctionne un boulier ?

Comment fonctionne un boulier chinois ?

Le boulier chinois est constitué de plusieurs colonnes et de deux rangées. Sur la rangée du bas, la plus large, chaque colonne est composée de cinq boules. La rangée du haut, la moins épaisse, dispose du même nombre de colonnes, mais avec deux boules par colonne seulement. Le nombre de colonnes du boulier varie d’un modèle à l’autre. Plus il y aura de colonne, plus les calculs pourront intégrer de grands nombres.

Sur un boulier, les chiffres se lisent de gauche à droite. Ainsi, la colonne la plus à droite sera celle des unités, celle juste après sur la gauche représentera les dizaines, celle encore après, les centaines et ainsi de suite. Pour compter, on utilise la barre séparant les deux rangées comme repère, c’est-à-dire que, pour retirer un nombre, on va éloigner la boule de la barre et inversement pour le rajouter.

Enfin, les boules représentent les chiffres avec lesquels vous allez jouer pour faire des additions et des soustractions. Sur la rangée du bas, celle avec les cinq boules, chaque boule représente une unité. Pour représenter dix, on va donc coller une boule de la deuxième rangée en partant de la droite à la barre transversale. Sur l’autre rangée, chaque boule représente cinq unités.

Comment compter avec un boulier chinois ?

Le boulier chinois est tout un art et il vous faudra un peu d’entraînement avant de savoir parfaitement vous en servir. En revanche, avec un peu de patience, on peut très vite intégrer ses règles de fonctionnement. Tout d’abord, il faut connaître les règles d’équivalence entre les différentes unités pour pouvoir optimiser l’utilisation du boulier.

Comme chaque boule de la rangée du bas vaut une unité et chaque boule de la rangée du haut vaut cinq unités, cinq boules du bas valent alors une boule du haut. C’est simple, mais ça permet de simplifier considérablement l’utilisation du boulier. De même, deux boules de la rangée supérieure valent dix unités et peuvent donc être remplacées par une boule de la rangée du bas de la colonne suivante. Encore une fois, c’est basique, mais il faut l’intégrer pour compter vite.

Pour faire une addition, on commence par « poser » notre premier nombre. Pour 594, vous mettrez donc 4 boules de la rangée du bas dans la colonne tout à droite, 1 boule en haut et 4 en bas dans la deuxième et, enfin, 1 boule en haut dans la troisième colonne. Si vous lui ajoutez 275, vous ajoutez les boules correspondantes en utilisant les règles d’équivalence précédemment expliquées.

Le boulier, l’abaque le plus efficace ?

Cela peut paraître étonnant pour un Européen, ou même pour un Occidental, mais le boulier est encore énormément utilisé et il n’a pas été partout remplacé par les calculatrices. En Chine et au Japon, par exemple, les enfants apprennent encore à l’utiliser à l’école et il n’est pas rare de voir un commerçant faire ses comptes sur son boulier.

Le boulier a été érigé au rang d’art en Asie et son usage est considéré comme une activité hautement intellectuelle qui développe la concentration et l’adresse. Il existe même des niveaux d’aptitude et des diplômes décernés par une Association internationale du boulier. Il y a six degrés à passer et dix « dans » (comme dans les arts martiaux) dans le dernier degré. Pour atteindre la première dan du dernier degré, il faut être capable de calculer des racines carrées et cubiques avec le boulier !

Le plus étonnant dans cet outil millénaire, c’est que le fait qu’il soit encore en usage n’est pas qu’une simple lubie culturelle qui concernerait seulement quelques pays asiatiques. Le boulier, une fois qu’on le maîtrise, est probablement le meilleur outil de calcul existant. Le 12 novembre 1945 un match a opposé un Japonais et son boulier à un Américain et sa calculette électrique. Le Japonais a battu l’Américain en vitesse de calcul pendant 4 manches sur 5 !

L’histoire du boulier

Le boulier est sans doute l’instrument d’aide au calcul le plus vieux du monde. Le plus étonnant, c’est qu’on en retrouve des traces à travers le Monde entier et chez des peuples qui n’avaient, a priori, pas communiqués entre eux.

Ces découvertes laissent penser que, même si les modèles sont un peu différents d’une culture à l’autre, le boulier serait apparu simultanément à plusieurs endroits différents et au sein de cultures différentes : chez les Étrusques, les Grecques, les Perses, les Russes, etc.

Le boulier est une méthode de calcul si efficace qu’elle est encore largement en usage dans toute l’Asie. Lors de vos voyages en Chine, vous ne manquerez pas de voir des commerçants l’utiliser. Il est même fréquent de les voir compter sur une calculette électronique, puis de vérifier ce calcul sur leur boulier !

Comment apprendre à compter avec un boulier ?

Si nos explications n’ont pas suffi, vous trouverez de nombreuses vidéos sur Internet qui illustre nos propos par des exemples concrets. Évidemment, il est possible de faire des soustractions avec la technique d’addition que nous vous avons décrite. En revanche, les autres opérations demandent des techniques plus complexes.

Si vous voulez devenir un expert du boulier, vous pouvez évidemment vous en acheter un, mais vous pouvez également trouver des simulations sur Internet pour débuter, et même des applications pour votre smartphone.

Laisser un commentaire