La superstition sur les nombres en Chine : le chiffre 4 porte malheur

une femme superstitieuse en Chine

Toutes les cultures du monde ont leur lot de superstition, de symbolique et de peurs transposées dans des signes. En Chine, beaucoup de ces superstitions s’appliquent aux numéros, qu’elles en fassent des porte-malheur ou des porte-bonheur. Parmi les chiffres, le 4 est sans doute le plus craint de tous.

Le chiffre 4 et sa symbolique

En Chine, le chiffre 4 est sans doute le plus redouté de tous et celui qui est entouré du plus fort sentiment de superstition. Il n’en a pas toujours été ainsi puisque, comme de nombreux chiffres pairs, le chiffre 4 était pendant longtemps associé à la justice et à l’équilibre. Pourtant, depuis quelques décennies, c’est la superstition qui l’a emporté sur la symbolique.

L’une des raisons de cette peur qu’inspire le chiffre 4 (Appelé la tétraphobie) vient du son qui lui correspond dans la langue chinoise. Il est connu que la prononciation chinoise est très compliquée et subtile avec de nombreux homonymes. Le chiffre 4 se prononce donc « si », exactement comme le mot « mort ». Voilà pourquoi le 4 est associé au malheur et à la mort.

Cette peur du chiffre 4 a beaucoup de conséquences sur la vie quotidienne des Chinois. Par exemple, les hôpitaux n’ont jamais de chambre, d’étage ou même de lit portant le numéro 4. Certains immeubles sont également construits sans quatrième étage et les compagnies aériennes chinoises n’ont pas non plus de rangée 4. Une superstition très répandue, jusque dans les moindres détails.

Les autres numéros porte-malheur et leur signification

En Chine, la symbolique entourant les chiffres est très complexe et très importante. Elle s’attache parfois à la prononciation du chiffre et à la signification de ses homonymes, mais aussi à la façon dont on l’écrit. L’histoire de la Chine et de son empire à travers les millénaires a également permis le développement de certaines superstitions entourant les chiffres.

Par exemple, le chiffre 8 s’écrit avec un caractère chinois représentant deux traits formant chacun un coude pour s’éloigner l’un de l’autre. Le 8 est donc associé à la séparation et les Chinois refusent de se marier le huitième jour de chaque mois. Le chiffre 3 est également un très mauvais chiffre pour les fêtes de famille et les mariages puisqu’il se prononce exactement comme le mot « dissolution ».

Certaines légendes ou faits historiques ont également dessiné la symbolique de certains nombres. Le nombre 20 par exemple, se prononce comme le prénom d’une princesse morte étouffée par une arête de poisson. Il est donc signe de malheur. De même, Confucius est mort à 73 ans et Mencius à 84 ans. Les deux nombres souffrent donc d’une lourde symbolique.

Les chiffres porte-bonheur et fétiche en Chine

Évidemment, comme en Europe, tous les Chinois ne sont pas paralysés par la peur et leurs superstitions. Certains n’y croient pas, mais beaucoup ont tout de même un rapport relevant de l’ordre du fétiche avec certains chiffres qu’ils estiment comme leur porte-bonheur. Il y a les chiffres porte-bonheur que certains se choisissent au casino et il y a ceux que la culture vous impose.

Dans la culture chinoise, les chiffres et les nombres pairs sont toujours mieux perçus que les nombres impairs. Effectivement, la culture chinoise met en avant la beauté de l’équilibre, de la symétrie et de la répétition. Ainsi, un nombre pair portera plus facilement bonheur parce qu’il est équilibré, mais aussi parce qu’il porte en lui une répétition.

Toutes les bonnes choses doivent être répétées et les Chinois appliquent cette superstition dans de nombreux aspects de leur vie. Par exemple, ils offriront souvent deux cadeaux en même temps à leurs parents ou à leurs amis. De même, ils évitent d’enterrer un mort un jour pair, pour éviter que cet événement ne se reproduise dans le même mois.

Les influences de la culture occidentale sur la superstition asiatique

La culture chinoise est déjà remplie de nombreuses superstitions, dont beaucoup n’ont même pas de lien avec les chiffres ou les nombres. Pourtant, depuis plusieurs décennies, d’autres superstitions originaires d’Europe et d’Occident sont venues s’ajouter à la collection déjà importante de porte-bonheur et porte-malheur symboliques chinois.

Par exemple, le numéro 13 est de plus en plus considéré comme un nombre porte-malheur par les Chinois, directement influencé par cette superstition issue du Christianisme. Cette superstition n’est pas encore totalement implantée en Chine, mais la symbolique néfaste du numéro 13 a été importé dans l’Empire du Milieu, notamment par les hôtels de luxe qui accueillent beaucoup d’Occidentaux.

Enfin, le chiffre 9 est également un chiffre particulièrement craint en Chine, pour des raisons directement liées à l’Occident. Cette superstition autour du chiffre 9 n’est pas répandue dans la culture populaire, mais très répandue chez les musiciens. En effet, Beethoven et Mahler, ainsi que d’autres très grands compositeurs, sont morts après avoir composé leur neuvième symphonie.

La Chine et ses nombreuses superstitions

La Chine est un pays très superstitieux où chaque chose dispose de sa propre symbolique. La langue chinoise et ses nombreux homonymes, permettant de charger certains mots ou syllabes d’un sens symbolique, participent largement à cette situation.

Avant de vous envoler pour la Chine, prenez connaissance des superstitions les plus répandues pour éviter certains faux-pas qui empêcheraient les Chinois de vous offrir toute leur amitié. Pas de quoi s’alarmer non plus, si certains Chinois sont très superstitieux, ils sont également ouverts et habitués aux maladresses de certains touristes.

Laisser un commentaire